Les petites faims

Les petites faims, vous savez ? ces petits creux qui vous tenaillent entre deux repas ; personnellement toutes les deux heures à partir de 9 heures du matin et ce jusqu’au soir – oui je dois être nourrie toutes les deux heures sous peine de me montrer d’humeur exécrable (déjà que sans çà…). Ces petites faims qui réapparaissent irrémédiablement une fois la période de Noël et sa cohorte de victuailles passées.

Où aller donc à Turin pour se délecter coupablement d’un goûter, d’un encas, d’une collation ?

A chaque moment de la journée, voici donc mes propositions préférées.

  • La coccola des matins brumeux : caffè Al Bicerin – piazza della Consolata 5.

J’aime m’y rendre tôt les matins froids et/ou brumeux dont Turin a le secret, donc les mois de décembre, janvier, février. Il faut le froid ou la nebbia turinoise pour apprécier le Bicerin, et le lieu et la boisson, sinon la magie n’opère pas.

On entre dans ce café, le plus ancien de Turin (1763), après avoir cheminé dans le quartier du Quadrilatère ; on est tout emmitouflé dans ses doudounes, manteaux, bonnets, écharpes, gants ; on commence à ne plus sentir ses pieds, ses mains sont gelées.

Il nous accueille alors avec ses huit petites tables en marbre (pas une de plus), agrémentées chacune de son bougeoir et sa bougie blanche allumée, ses chaises en bois, ses banquettes de velours rouge, le parquet ancien, les murs recouverts de boiseries claires, miroirs et vitrines (qui datent de la moitié du XIXème siècle), les étagères couvertes de bocaux de bonbons, l’odeur du café à peine moulu.

Et déjà la chaleur nous enveloppe.

On y commande donc nécessairement un Bicerin, le seul, le vrai, l’unique : la boisson composée de chocolat chaud fait maison, de café et de mousse de lait refroidie (en proportions tenues secrètes), servie dans de gros verres de cristal, qui permettent donc de voir les nuances des différentes strates formées par ces ingrédients.

On pose alors ses mains encore froides sur le verre – outch c’est chaud.

Et on commence à boire, sans mélanger, ce nectar. On sent d’abord la mousse de lait froide, puis le café brûlant et enfin le chocolat arrive, plus épais.

Là on se liquéfie.

Personnellement cette magie-là n’opère pas en plein mois de juillet caniculaire – celle d’un mojito, alors, si par contre. Et le goût du Bicerin al Bicerin est inimitable, jamais retrouvé ailleurs.

Quand sa petite faim est plus grosse, la perversité est de prendre en plus un croissant farci au gianduja, mais là c’est vraiment pervers. Et le risque est de commencer à somnoler dans cette chaleur toute turinoise.

Bicerin | Caffè Al Bicerin dal 1763 a Torino

Caffè Al Bicerin dal 1763 (@bicerin.1763.torino) • Photos et vidéos Instagram

  • Autre golosità le matin : le caffè/briosce chez Pastarell – piazza XVIII dicembre 3 et corso Vittorio Emmanuele II 80.

A la base, je n’aime pas la crème pâtissière, qu’on se le dise…

…jusqu’au jour où je suis entrée chez Pastarell.

Ici vous n’êtes plus à Turin, vous êtes à Naples : baba, sfogliatelle et surtout zeppole.

La zeppola est un chou garni de crème pâtissière, surmontée d’une cerise confite. Rien d’exceptionnel de prime abord, mais leur crème pâtissière est légère, aérienne (bientôt je vais vous dire qu’elle vous fait retrouver votre ligne pré-pré-confinement).

Finito, oubliez ce que je vous ai dit sur la crème pâtissière, j’adoooore leur crème pâtissière, j’adoooore leurs zeppole. Ils en font aussi avec un ajout de crème chocolat-noisette, pistache ou Chantilly…

Un café et une zeppola ou une sfogliatella, e viiaaa.

Pastarell pasticceria caffett. (@pastarell_torino) • Photos et vidéos Instagram

(2) Pastarell | Facebook

  • 11h/ 11h30, l’hésitation dolce/salato :

le brunch chez SWEET LAB – via Mazzini 31L ou via Principe Amedeo 39.

Deux adresses pour un brunch sucré salé, où manger pancakes, toasts , bagels, oeufs Benedict et autres cupcakes.

Sweet Lab® (@sweetlabtorino) • Photos et vidéos Instagram

Brunch Torino | Sweet Lab Torino | torte | colazioni | merende

ou le thé/cupcakes chez Roses and tea – via San Dalmazzo 7.

Des roses, des roses, une ambiance très girly, mais surtout des gâteaux, des macarons, des assiettes rapides, autour desquels papoter avec une copine.

Roses and Tea (@rosesandteaofficial) • Photos et vidéos Instagram

(2) Roses and Tea | Facebook

  • La petite faim en période de Noël : PASTICcERIA Ghigo – via Po 52b.

En ballade au centre ville avant Noël, toujours congelés que nous sommes, s’arrêter chez Ghigo qui fait un de mes chocolats chauds préférés de Turin ; option panna montata obligatoire.

Mais évidemment il ne faut pas manquer leur fameuse Nuvola, le nuage (elle apparaît en général à partir de novembre) : un pandoro artisanal, recouvert d’une très fine couche de crème au beurre, qui y fait adhérer une montagne de sucre glace. Unique en son genre. Eh bien, vous savez quoi ? à la base je n’aimais pas la crème au beurre ! Mais là ça passe tout seul, un goût de « revenez-y ».

A savoir : les Madamine turinoises, toujours bien avisées, réservent leur Nuvola pour le repas de Noël dès fin novembre.

Heureusement Ghigo continue à nous en proposer encore (après, fini) au mois de janvier. Tout n’est pas perdu !

Pasticceria Ghigo dal 1870

Pasticceria Ghigo (@pasticceriaghigo) • Photos et vidéos Instagram

  • Le goûter au Palais : La Caffetteria di Palazzo Reale – Palazzo Reale, piazza Castello.

Mesdames, parez-vous d’une jupe de tulle, nous allons prendre le goûter chez le Roi ! Des sièges tout de blanc vêtus, des vitrines jusqu’au plafond contenant les porcelaines et l’argenterie des Savoia, des serveurs impeccables. Presque tout comme à la maison.

Le chocolat chaud, avec un petit biscuit, s’y laisse tranquillement déguster. Oooh regarde, la cuillère tient debout toute seule…

La Caffetteria di Palazzo Reale – Gerla (gerla1927.com)

  • Autre goûter (c’est que l’après-midi est longue) : Prodotti Gianduja – via Palazzo di Città 24.

Le gianduja dans tous ses états. La spécialité : du gianduja servi dans une tasse, chauffée par une bougie chauffe-plat ; n’oubliez pas bien-sûr la panna montata (rooo)…et un petit croissant vous dîtes ? Rooo abusé…- on va se priver tiens !

ProdottiGiandujaTorino (@prodottigiandujatorino) • Photos et vidéos Instagram

  • Le dessert du soir (la journée n’est pas finie, n’est-ce pas ?) : la pâtisserie Fabrizio Racca – corso Vittorio Emmanuele II 78 et via San Marino 95.

J’ai connu cette pâtisserie quand n’existait encore que le point de vente de via San Marino et que je cherchais sur Turin des pâtisseries similaires à celles que je connaissais en France. Je traversais donc tout Turin pour arriver au fond du quartier Santa Rita pour assouvir mon addiction. La seconde adresse a ouvert fin 2019, juste à côté de Pastarell !!! si ce n’est pas beau çà !

Lieu de perdition donc à la décoration épurée, aux vitrines présentant les pâtisseries comme des bijoux dans leurs écrins, des monoportions design, aux alliances de saveurs délicieuses.

(Pour des raisons très dépendantes de ma volonté, dans le feu de l’action, certains gâteaux n’ont pas pu être photographiés intégralement.)

Home – Fabrizio Racca

Fabrizio Racca (@fabrizioracca_official) • Photos et vidéos Instagram


Rassasiés, repus, satisfaits ?

Je dispose de quelques autres adresses où combler nos petites faims, mais cela sera une affaire à suivre lors d’autres articles. Nous allons d’abord digérer celles-ci, non ?

3 commentaires sur “Les petites faims

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s